Home   

Français        Español           عربي           Deutsch        English     

   Prospectives
  by A S Shakiry
> 57 . L’irak, c...
> 56 . Tourisme de diff...
> 55 . Mécanismes de...
> 54 . Mécanisme de ...
> 53 . Printemps arabe ...
> 52 . Où et comment...
> 51 .
> 50 . Dubaï crée...
> 49 . Perspectives du ...
> 48 . Le parcours du v...
> 47 . Perspectives du ...
> 46 . Le forum islam e...
> 45 . Qui est le plus ...
> 44 . La vision global...
> 43 . Musées, reche...
> 42 . Le quarantenaire...
> 41 . Le parcours du v...
> 40 . Origines des civ...
> 39 . Le forum islam e...
> 38 . Visites des cime...
> 37 . Le tourisme huma...
> 36 . Le tourisme reli...
> 35 . Tourisme de paix...
> 34 . Le tourisme reli...
> 33 . Le visa touristi...
> 32 . Espaces touristi...
> 31 . L’espace ...
> 30 . Perspectives du ...
> 29 . Importance des c...
> 28 . Le vendredi, jou...
> 27 . Bagdad berceau d...
> 26 . Le hijab de bain...
> 25 . Projet de lâ€...
> 24 . La culture touri...
> 23 . «tourisme isl...
> 22 . Nos chiffres ara...
> 21 . Tourisme rési...
> 20 . Les langues et m...
> 19 . Tourisme et cons...
> 18 . Comment consolid...
> 17 . Le hadj au 21Ã...
> 16 . Dans les lieux s...
> 15 . Perspectives du ...
> 14 . La sécuritÃ...
> 13 . Hospitalité
> 12 . Festival des cul...

Issue 37

Version imprimable

Tourisme Islamique Perspectives

Le tourisme humanitaire

Le tourisme humanitaire

Le tourisme des personnes aux besoins spécifiques

Un vaste horizon, un champ large, une forte orientation pour un changement vers ce qui est mieux, plus facile dans l'utilisation et plus disponible pour tous. Tels sont les critères de l'environnement architectural, infrastructurel et de services connexes qui conviennent au tourisme humanitaire qui commence à se développer et à s'imposer dans certains pays. Ainsi, ce dernier constitue une nouvelle réalité humanitaire de ce que doit être l'environnement architectural et de services, afin d'être accessible pour les touristes aux besoins spécifiques. Tel est le tourisme des personnes aux besoins spécifiques, ce que je préfère appeler tourisme humanitaire, alors que la traduction du terme anglais est «tourisme disponible» ou «tourisme facilité».

Ce terme nouveau est apparu et s'est largement diffusé au début du troisième millénaire, en tant que traduction réaliste de la «loi interdisant la discrimination contre l'handicap», visant à mettre un terme à la discrimination subie par les personnes handicapées. Loi, adoptée, selon diverses formules, par de nombreux Etats, tels que les Etats-Unis, l'Australie, la Grande-Bretagne et le Pakistan. Sans exagération, on peut dire que depuis son apparition, ce concept influe positivement, non seulement sur le tourisme et les touristes des pays qui l'ont adopté, mais sur l'ensemble de leur population, du fait de son rôle de facilitateur de leur vie quotidienne. Outre, ses effets positifs économiques et sociaux, pour que l'environnement urbain et rural, et ses services connexes, soient plus aisés et plus conformes aux besoins humains. Autrement dit, plus humain.

Le tourisme humanitaire est, tout simplement, l'ensemble des services et des facilités à même de permettre aux personnes aux besoins spécifiques de profiter de leurs vacances ou de leurs temps de loisirs, sans problèmes. Les personnes aux besoins spécifiques peuvent être des personnes âgées, des personnes à handicap permanent ou provisoire (suite à une cassure ou une opération), des personnes ayant besoin d'un régime alimentaire spécifique, ou des personnes ultra sensibles ayant besoin de facilités et d'un certain niveau de confort lors de leur déplacement ou résidence. Il faut mettre l'accent sur le tourisme des personnes aux besoins spécifiques, car ces derniers ont un besoin pressant de loisirs, étant prisonniers de leur état sanitaire. Il faut donc les aider pour qu'ils puissent surmonter les défis auxquels ils sont confrontés.

Partant de cette définition, le sujet concerne une large couche de touristes, estimée à 600 millions au niveau mondial. A ce chiffre, il faudrait ajouter le nombre de personnes qui leur viennent en aide, leurs parents et amis. Donc, il s'agit d'un gigantesque marché pour l'industrie du tourisme et du voyage qui peut être mis en œuvre et exploité suivant la maturité des lois et des critères adoptés par l'Etat, ainsi que des stratégies du secteur privé pour attirer cette grande tranche de touristes et encourager les professionnels de ce secteur (restaurants, clubs, hôtels et moyens de transport) à prendre les mesures à même de le réaliser.

Le besoin de faciliter les services touristiques aux handicapés est considéré comme une demande urgente au 21ème siècle. C'est ce qui ressort des décisions de l'Organisation Mondiale du Tourisme lors de sa 56ème session, qui a notamment demandé aux responsables d'être attentifs à tout ce qui peut être au service des personnes aux besoins spécifiques, et d'apporter le soutien technique afin d'encourager ce concept dans le tourisme mondial.

Si ces mesures et lois positives sont venues avec retard, même dans les pays considérés comme développés, il n'en fut pas de même dans les religions monothéistes. Anis, l'Islam ne s'est pas limité à décréter les droits de l'homme depuis 14 siècles ; il a réservé aux personnes aux besoins spécifiques une attention exceptionnelle. De nombreux versets du Coran demandent de bien traiter cette catégorie, dont : « Nul grief n'est à faire à l'aveugle, ni au boiteux ni au malade.» (Sourate Al Fath/17).

Dans la Sounna, on trouve aussi des Hadiths du Prophète (PSL) très éloquents à ce sujet, notamment celui où il dit:«les gens sont égaux comme les dents d'un peigne» ; ainsi que celui où il interpelle:«Vous ne triomphez et ne gagnez votre vie que grâce aux gens déficients». La civilisation musulmane a manifesté, à travers sa longue histoire, une grande attention à l'égard des personnes aux besoins spécifiques, préservant les droits que l'Islam leur a conféré, et leur construisant des foyers de résidence et d'éducation.

Cela a balisé la voie à ces personnes, non seulement pour poursuivre leur vie avec confiance et quiétude, mais aussi pour surpasser leurs concitoyens non handicapés dans divers domaines scientifiques ; tels que Mohamed Ben Issa Attarmidi, qui tout en étant non voyant a été l'un des grands savants de l'exégèse du Hadith, et Mohamed  Ben Sirine, qui fut l'un des grands explicateurs de rêves, tout en étant dur d'oreille.

Il y a donc une vérité qui mérite d'être consacrée comme base, à savoir que les handicapés ont le droit, comme tous les autres gens, à profiter du voyage et du tourisme. Il revient aux responsables du tourisme de prendre les mesures afin de changer les politiques et les pratiques pour que les divers services et infrastructures soient accessibles à tous.

Oui, le tourisme montre encore une fois sa capacité à changer le monde environnant vers le mieux, dans le domaine du tourisme humanitaire, comme il l'a prouvé dans d'autres domaines, tel que le tourisme de la paix que nous avions traité dans nos deux précédents numéros.

Les mesures que nous préconisons pour la réalisation de cet objectif dans tout pays sont :

  • - adoption d'une loi contre toute discrimination ou maltraitance sur la base de l'handicap, en adéquation avec la culture, les spécificités et l'histoire de chaque pays, et en harmonie avec les lois et concepts adoptés par les institutions de l'ONU à ce sujet. A la lumière aussi de l'expérience des pays d'avant-garde.
  • - Le ministère ou l'organisme de tourisme du pays procède à la constitution d'une commission comportant des compétences multidisciplinaires: planification d'urbanisme, architecture, organisation civique, environnement, décor, lumière, son, sociologie, psychologie, médecine. Cette commission définira les critères à faire respecter lors de la construction et de l'évaluation des structures touristiques: stations touristiques, parcs publics, centre commerciaux, hôtels et restaurants... Ces critères devant être en conformité avec ceux adoptés au niveau international à ce sujet, et tenant compte des spécificités culturelles, civilisationnelles du pays, ainsi que de son climat, sa nature et sa géographie. Des symboles simples, admis au niveau international, devant représenter ces critères, exprimant le niveau des services réservés aux personnes aux besoins spécifiques, tels que les facilités d'accès, de vue et d'ouie.
  • - Une coopération et une coordination devant être établies entre le ministère ou l'organisme de tourisme et le ministère de transport et de communication, afin d'assurer des sièges aux personnes aux besoins spécifiques dans les divers moyens de transport (terrestre, maritime et aérien), en tenant compte du volume prévisible de ces touristes, et en adoptant des plans assurant le mouvement et le transport des personnes aux besoins spécifiques dans les aéroports, les gares et les ports. Sachant que de telles facilités seront bien accueillies par les voyageurs ayant des poussettes pour leurs enfants. Il faut aussi adopter une politique incitative à l'égard des sociétés privées de transport pour qu'elles puissent réserver une partie de leurs sièges à cette catégorie.
  • - Différentes étapes peuvent être définies pour adopter les critères choisis. Par exemple, baisse ou exonération d'impôts durant certaines années pour les nouveaux hôtels construits conformément aux critères du tourisme humanitaire, dans leur construction et aménagement intérieur (éclairage, ameublement), avec une chambre sur 20 préparée pour les personnes aux besoins spécifiques. Il en serait de même, pour les restaurants et les cafés, qui réservent des toilettes et des facilités d'accès à ces personnes. Cette politique pourrait être suivie pendant dix ans, en tant qu'étape préliminaire; après quoi, ces critères deviendront obligatoires, et les autorisations de construction ne seront pas octroyées si ces derniers ne sont pas adoptés.
  • - Pour les infrastructures touristiques déjà existantes et désirant intégrer le concert du tourisme humanitaire, cela est possible et ne nécessite pas d'importantes dépenses comme peuvent le croire certains. L'aménagement d'une structure touristique pour être apte à accueillir des personnes aux besoins spécifiques ne nécessite pas forcément des transformations coûteuses, puisque le taux de ces derniers utilisant la chaise roulante avoisine à peine 5% de l'ensemble des handicapés. Aussi, en utilisant des moyens simples et en formant le personnel, peut-on offrir des services à 95% des personnes aux besoins spécifiques. Après ces transformations, la structure touristique peut, suite à une visite d'un spécialiste des critères du tourisme humanitaire, être inscrite dans le guide et les brochures relatifs à ce type de tourisme et recevoir le label afférent. Chaque trois ans, un suivi devrait être effectué pour s'assurer de la conformité avec les critères.
  • - Les conseils de tourisme et leur organisme doivent organiser des sessions de formation au profit des cadres dans le domaine de l'art de traitement et d'aide des touristes aux besoins spécifiques. Ces sessions peuvent s'effectuer en un ou plusieurs jours et comporter des conseils pratiques et des orientations à même de renforcer la confiance du personnel en lui-même, ainsi qu'une attestation reconnue.
  • - Les organismes responsables du tourisme doivent trouver des partenaires convenables, tels que le Croissant rouge et les associations de soutien social du pays, afin de conclure avec eux des accords sur les services qu'ils peuvent offrir aux touristes selon leurs besoins.
  • - Le ministre ou l'organisme du tourisme prend en charge la préparation d'un guide global (avec Internet) de toutes les structures aménagées pour accueillir les personnes aux besoins spécifiques et l'adoption des labels reconnus au niveau international à ce sujet, avec des explications exhaustives sur ses structures et leur personnel. Par exemple, le personnel a-t-il une formation? Y a-t-il des parkings et des voies d'accès réservés aux personnes aux besoins spécifiques? Y a-t-il des centres de location de service d'aide divers? Les chiens dressés pour aider les non voyants sont-ils autorisés à entrer dans l'hôtel? Tous ces détails permettent aux personnes aux besoins spécifiques de choisir le lieu convenable de leurs vacances, afin que ceux-ci se passent dans le plaisir et la sécurité.
  • - L'Etat doit soutenir matériellement et financièrement les associations caritatives consacrées aux personnes aux besoins spécifiques afin d'offrir des vacances çà cette catégorie de personnes, en collaboration avec les sociétés de tourisme qualifiées.

Outre les répercussions sociales et de renommée internationale, l'adoption du tourisme humanitaire par tout Etat ne peut que lui être bénéfique à plus d'un titre. Les retombées économiques sont très importantes. Les sociétés et établissements qui ont intégré ce domaine s'en sont rendues compte et sont en compétition pour attirer cette gigantesque catégorie de touristes. Des études indiquent que les touristes aux besoins spécifiques dépensent de 30 à 200% plus que les touristes ordinaires ; et souvent ils sont accompagnés d'une autre personne. Sachant aussi que la plupart des personnes aux besoins spécifiques préfèrent voyager hors la haute saison, pour bénéficier de la quiétude ; ce qui permet aux hôtels d'avoir des clients tout au long de l'année. Ainsi, ce genre de tourisme offre un marché et un métier complet, tout en procurant du travail et contribue au développement économique.

Lorsqu'on élimine les barrières et entraves matérielles devant les personnes aux besoins spécifiques, de nombreux choix s'offrent à eux pour choisir le tourisme dont ils veulent profiter, tourisme de villes, tourisme rural, tourisme éducatif, tourisme de congrès, tourisme de loisirs, ou tourisme sportif.

C'est un appel à tout le monde pour participer à ce genre de tourisme humanitaire.

 

Que dieu nous assiste pour réussir

 

 

 

 

 

 

 

 

Le dos pour dpasser

Copyright © A S Shakiry and TCPH Ltd.

View World Tourism Exhibitions

 

 


Founded by Mr. A.S.Shakiry on 2011     -     Published by TCPH, London - U.K
TCPH Ltd
Islamic Tourism
Unit 2B, 2nd Floor
289 Cricklewood Broadway
London NW2 6NX, UK

Copyright © A S Shakiry and TCPH Ltd.
Tel: +44 (0) 20 8452 5244
Fax: +44 (0) 20 8452 5388
post@islamictourism.com